Sondage de la reprise de Pi
Pour plus d'informations, veuillez lire la note ICI

Partagez | 
 

 "Concour New Years V1 : [Moïra B. O'Donnel]"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: "Concour New Years V1 : [Moïra B. O'Donnel]"   Sam 7 Jan - 1:24

Et si c'était vrai ?

Chapitre 1 : Ce monde qui n'est pas le mien et que je découvre.


Couchée sur mon lit mon ordinateur portable devant moi, je regardais diverses choses sans grandes importances. Passant d'un forum à un autre sans trop m'attarder j'écoutais de la musique à fond pour couvrir le bruit de la pluie contre la fenêtre. Généralement s'était un bruit que j'adorais, mais qu'importe. Plusieurs minutes passèrent et je décida de reposer mes yeux un instant. Il devait être quatre heures de l'après-midi, mais aujourd'hui je me sentais fatiguée. Poussant un long soupir je laissa ma main retomber lourdement sur mon lit devenu étrangement humide. Je me sentis légère, j'avais l'impression de flotter. La musique dans mes oreilles s'éloignait de plus en plus comme si je rentrais dans une bulle éloignée de tout.

Je pris une grande inspiration, mais au lieu de se remplir d'oxygène mes poumons furent envahis par de l'eau glacée. J'ouvris mes yeux et me retrouva dans une grande étendue d'eau. Ce n'était ni une mer ni un océan, mais c'était grand... En tout cas c'est ce que je pensais car il faisait sombre. Me sentant couler vers le fond je me mis à nager le plus rapidement possible vers la lumière au-dessus de ma tête. A grand coups de jambes et de bras je sentais que j'étais proche quand une chose longue et visqueuse vint me prendre par la taille. Me débattant comme une vraie dingue pour me défaire de cette chose mes forces me quittaient beaucoup plus vite et l'oxygène contenu dans mes poumons s'évaporait de plus en plus. Croyant que ma dernière heure était arrivée je poussa un cris qui se transforma en un million de petites bulles. D'un coup je me suis retrouvée hors de l'eau à plusieurs mètres du sol, ce truc visqueux encore autour de moi. Quand je sentis enfin l'herbe sous mes pieds cette chose me lâcha enfin. Je me retourna pour voir d'où j'étais sortie et surtout comment. Mon regard se posa sur un lac immense bordant une forêt et le parc où j'étais maintenant.

« D'accord, alors je suis sortie d'un lac grâce à... Attendez c'est quoi ça ?... UN CALAMAR GEANT ?! »

Courant comme une timbrée le plus loin possible du lac je ne fis pas attention à mes chaussettes mouillées et à l'herbe sur le sol. Glissant sur le ventre tel un pingouin je me suis cognée tête la première contre un arbre que je n'avais pas remarquée. Me frottant vigoureusement le nez j'entrepris de m'asseoir contre le tronc et d'essayer de comprendre ce qui m'arrivais.


« Bon récapitulons, j'étais dans ma chambre tranquille sur mon ordi et je me suis endormie... Ou du moins je crois mettre endormie. Voilà c'est ça c'est sûrement un rêve, ou un cauchemar au choix, mais rien d'autre. Je suis dans mon rêve telle Alice aux Pays des Merveilles... Haha c'est drôle je serais donc la cinquième Alice en tout... Enfin je crois... Qu'importe temps que je ne finis pas comme les autres ça me va, c'est parfait. Le Pays des Merveilles... Il est bizarres je pensais pas qu'il était comme ça. J'imaginais pleins de choses, mais sûrement pas cette forêt, ni le lac et encore moins le calamar géant, d'ailleurs je me demande comme il serait frit. Et puis c'est quoi ce château tout sombre ? Il aurait besoin de plus de couleurs, s'est trop triste comme ça tout noir. En plus il me fait penser à quelque chose, mais je vois pas quoi... Château, lac, forêt et calamar... Conte ? Nan, mais un truc dans le genre... Magie oui de la magie !... Sorciers et sorcières... Harry Potter oui voilà je suis dans l'univers de Potter, c'est clair maintenant... Une minute... Je suis... Par les dix-mille poils de la barbe de Goltor l'Intrépide, JE FAIS QUOI A POUDLARD ? »

Je me releva rapidement et commença à tournée sur place pour observer les lieux les étoiles pleins les yeux. Wah j'étais à Poudlard et bien que je flippais un peu intérieurement, je ne pouvais qu'être émerveillée de me trouver dans l'endroit ou la magie existe. Combien de fois j'avais rêvé d'être là ? Et maintenant j'y étais... J'ai arrêté de m'extasier et j'ai repris mes esprits essayant de penser logiquement, chose que je ne fais pas souvent j'avoue.

« C'est pas la première fois que je rêve de Poudlard, c'est au moins la centième fois... Mais ça m'a l'air si vrai, si réel. En plus j'ai vraiment l'impression de m'être fracturée le coxis et le nez en passant. Ca fait un mal de chien, nom de Bleu c'est quoi ce p*tin de rêve à la noix ? »

Marchant d'un pas décidé, mais néanmoins discret, je m'introduis dans le château essayant de me situer et de voir où se trouvait le bureau de Dumbledore. Je ne sais pas pourquoi c'est la première chose qui m'est passée par l'esprit.
Rasant les murs pour ne pas me faire voir par les gens qui passeraient sûrement par là, je traversa l'espèce de tunnel menant à la cour sans trop de difficulté. M'ayant interdit mentalement de regarder en bas sous peine d'évanouissement de ma part. Je voyais les grandes portes en chêne devant moi et je m'apprêtais à les ouvrir quand une personne sortie de nulle-part me percuta de plein fouet m'envoyant valser dans les airs à moins d'un métre de là. Ayant atterri sur les fesses une nouvelle fois, je grimaça de douleur avant de m'écrier haut et fort :

« Par les enclumes de Throd... Je crois que je me suis vraiment pétée le coxis ! »





Dernière édition par Moïra B. O'Donnel le Dim 29 Jan - 23:14, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: "Concour New Years V1 : [Moïra B. O'Donnel]"   Sam 7 Jan - 1:26

Chapitre 2 : Rencontre du troisième type... Ou un truc dans le genre.


« Oh non, excuse moi excuse moi excuse moi... Tu ne serais pas une Serpentarde hein ? »

Je regarda mon interlocutrice comme pour dire ; Non mais t'es complétement malade ? Tu vois mon poing ? Fais gaffe bientôt tu va te le recevoir avec une telle force que jamais plus tu n'osera sortir en public.
Gardant cette petite et insignifiante rage à l'intérieure, je lui fit un sourire forcé et essaya de me relever tant bien que mal.

« Non, je ne suis pas à Serpentard, Dieu merci, et si ça ne te dérange pas peux-tu m'aider à me relever s'il-te-plait ? »

« Ah oui pas la peine de se fâcher hein. Et puis excuse moi vraiment il fallait que je demande. J'arrive pas à les blairer ces vipères visqueuses, vénéneuses et... »

« Tentaculeuses... Non pardon ça veut absolument rien dire, c'était juste pour que ça rime. »

Je m'ébouriffa moi même mes cheveux, mouillés en passant, signe que je suis gênée et que je perd tout mes moyens. Regardant le sol en me maudissant intérieurement, je me décida à poursuivre mon chemin rapidement et avec plus de discrétion. Reculant lentement pour qu'elle ne le remarque pas, j'attendais qu'elle regarde ailleurs pour me sauver en courant. Oui bon c'est un peu lâche, sans aucuns sens, mais en cet instant c'est tout ce à quoi j'ai pensé.

« Mais non sois pas si gênée, j'pensais à un truc du style justement. »

Je plongea mes yeux bruns dans les siens, serait-elle aussi étrange que moi ? Impossible il faut qu'elle soit moi ou rien. La détallant de haut en bas j'eus la sensation étrange de la connaitre, peut-être dans une autre vie qui sait ? Je lui souris bêtement et sans raison, allait-elle me prendre pour une cinglée ?

« T'es nouvelle ici ? Je ne crois pas t'avoir vu avant, bon c'est vrai je ne connais pas tout le monde, imagine comment ça serait haha. Tu es dans quelle maison ? En quelle année ? Pourquoi porte tu un pyjama et t'es toute mouillée ? Comment tu t'appelle ?... »

Oh oh oh STOP ! Elle parlait trop cette fille, elle posait des questions auxquelles je ne pourrais répondre malheureusement. J'eus soudain un réflexe stupide certes, mais qu'on voit souvent dans les films : Je me suis pincée pour me réveiller, non pas que je n'aimais pas ce rêve, mais il devenait vraiment bizarre.
Voyant que cela ne fonctionnait pas, j'ai soupiré un bon coup et j'ai réfléchis rapidement à ce que je pourrais lui dire. Un mensonge ? Oui mais quoi ? Ma facilité à mentir semblait un peu endormie ici, nom d'une pipe en bois elle m'aurait bien aidé.
J'ai décidé de répondre sans réfléchir, comme ça sortait.

« Je suis Mimi, Mimi Anderson élève de sixième année à Poufsouffle. Je suis arrivée hier soir de l'école de.... BEAUXBÂTONS, oui je viens de Beauxbâtons. Mes parents voyageant beaucoup ils sont venus s'installer en Angleterre et quelle autre école que Poudlard pouvait accueillir une sorcière ? Donc voilà...euh... Je suis tombée dans le lac, enfin on m'a fait une mauvaise blague, enfin tu vois quoi c'est pour ça que je suis encore en pyjama, mais bon la vie est belle, amour et joie pour tout le monde, Hakuna Matata quoi. »

La vie est belle ? Hakuna Matata ? Venais-je de perdre l'esprit ? Si c'était ça le mieux que je puisse faire en improvisant ça voulait dire que j'étais vraiment nulle. Je croisa les doigts derrière mon dos, pourvu qu'elle tombe dans le panneau. Elle me semblait sympa, mais si je venais à être découverte je me verrais dans l'obligation de l'assommer et de fuir ensuite. Mais maintenant que j'y pense, c'est une sorcière. Avant même que je ne prenne un objet à lui éclater dessus elle pourrait me "stupéfixer" ou pire "m'avada kedavrer". Positivons, ce n'est qu'un rêve donc techniquement je ne peux pas vraiment mourir vu que ce n'est pas réel.

« Donc on t'a volé tes vêtements quand tu es arrivée ? Les canailles ! Mais Dumbledore ne nous a pas prévenu de ton arrivée... Serait-ce une surprise ? Une nouvelle Poufsouffle c'est génial, on sera plus nombreux. Bon viens on va dans la salle commune et on te trouve des habits avant tout et puis après je veux bien t'aider à retrouver tes affaires. Ha oui et moi c'est Moïra O'Donnel enchantée »

Je souris, non vraiment elle parlait trop... Oh je venais de me rendre compte de ce que les gens peuvent ressentir que je suis près d'eux, c'est inquiétant. M'aider à chercher mes affaires ? Mais j'en ai pas, comment j'allais faire là ? J'arriverais bien à trouver une solution en temps voulu. Je ne refusa pas son invitation dans sa salle commune... Enfin notre salle commune maintenant. Chouette j'allais enfin voir une salle commune pour la première fois de ma vie... Enfin j'allais rêver d'une salle commune pour la première fois de ma vie. J'étais prête à la suivre le sourire jusqu'aux oreilles quand elle prononça une chose qui me pétrifia sur place. Venait-elle de prononcer le nom d'un de mes personnages fictifs ? Moïra O'Donnel était le nom que j'avais donnée à l'un de mes personnages inventés. Une sorcière étudiant à Poudlard en... quelle date déjà ? 1977, par tous les Dieux de l'Olympe ! Je commençais à paniquer, pourquoi moi ? Pourquoi toujours moi ?
Me giflant mentalement je me suis dis de voir le bon côté des choses, j'allais pouvoir rencontrer tout un tas de sorciers et de choses que je ne verrais jamais en vrai... En y pensant c'est peut-être une excellente aventure qui m'attends... Mais d'abord m'ôter d'un doute.

« Moïra ? De ton nom complet : Moïra Bonnie Elbereth O'Donnel Carter ? Jumelle de Seth ne supportant pas qu'on s'approche de lui, totalement jalouse et cinglée, bavarde et Poufsoufle jusqu'à la mort ? Ton patronus est Brown une loutre de rivière et ton épouvantard est de voir ton frère rejoindre les mangemorts. Tu as un petit chat : Snow-White tout mignon tout blanc qui te suis partout. Tu déteste les vipères, mais tous les autres tu aimes. Ta saison préféré est l'été car tu adore la plage et le bruit des vagues. Ton rêve est d'être Auror pour que ton père soit fière de toi. Cette Moïra là ? »

Elle me regarda avec des yeux grands ouverts, elle devait être surprise que je sache autant de choses sur elle, mais que voulez-vous c'est moi qui l'aie crée après tout. Tout ce qui faisait qu'elle était Moïra venait de mon imagination, de ce que je pensais. J'avais voulu créer un personnage totalement barge qu'on n'aime tout de suite ou qu'on déteste, le résultat me plaisait vraiment.

« Comment tu ?... »

« J'ai juste entendue plusieurs personnes discuter à ton sujet donc... Rien de méchant hein, ils parlaient juste... Bon on y va ? »

J'suis vraiment stupide, chaque fois que je dis quelques chose je m'enfonce un peu plus. Heureusement elle se contenta d'ouvrir et de fermer la bouche avant de m'emmener dans les sous-sols. Etrange comme endroit pour la salle commune des Poufsouffle. Nous marchions sans faire de bruit, bah oui les autres étaient en cours et Moïra... Je sais pas faut que je lui demande. Et si elle me dis qu'elle ne voulait pas y aller ça va chauffer pour elle, non mais c'est moi qui l'aie crée c'est à moi de m'occuper d'elle. Un peu comme une maman... Un maman plus jeune... Mais... Mais tout le monde s'en fiche donc rah.

« Mmm dis, c'est quoi "Hakuna Matata" ? »


Dernière édition par Moïra B. O'Donnel le Sam 7 Jan - 1:52, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: "Concour New Years V1 : [Moïra B. O'Donnel]"   Sam 7 Jan - 1:26

Chapitre 3 : La cinquième Alice était une fille très bizarre, s'attirant pleins d'ennuis elle arriva au Pays des Merveilles. Elle qui pensait que tout cela n'était qu'un simple rêve, due se battre pour pouvoir sauver sa propre peau...

Après avoir réussis à atteindre la salle commune sans se faire repérer et avoir emprunté, pas volé, l'uniforme d'une fille de sixième nous sortîmes de là et marchâmes au hasard sans but précis.

« Tu es censée avoir quel cours maintenant ? »

Je me mordis la lèvre en laissant échapper petit un juron, je n'avais aucune idée de l'emploie du temps des sixièmes années. Je devais vitre trouver un cours au bol et me débrouiller pour que Moïra ne me pose pas trop de questions. Je sais pas moi, histoire de la magie ou potions. Des trucs pas très intéressants.

« Comme cours ? Et bien j'en sais trop rien... Vu que je suis arrivée hier très tard je n'aie pas eus le temps de voir mon emploie du temps haha. »

J'imaginais qu'elle avait perçu cette pointe d'inquiétude dans ma voix, sinon pour quoi me regarderait-elle avec ces yeux.

« Ca va ? Tu me semble un peu perturbée. T'inquiètes pas, je mords pas... En vrai si, mais seulement si on me cherche hein. »

Moi perturbée ? C'est pas vrai cette fille lissait en moi ou quoi ? Normalement les gens ne savent pas quel sentiment j'éprouve, je me débrouillais pour qu'ils ne voient que ce que moi je voulais. Cette fille me rendais dingue, passer moins d'une heure avec elle et j'étais déjà au bord du gouffre avec une envie de sauter dans le vide. Promis une fois réveillée je lui change de caractère et la rend moins... Moins ce qu'elle est.

« J'ai fais quoi pour mériter ça, sérieux ? »

« Tu disais quelque chose ? »

« Non rien, rien. Bon écoute merci pour ton aide et tout c'était sympa, mais il faut que j'aille... Euh... Faire quelque chose. Donc au plaisir de te recroiser un jour. »

Je commençais à m'éloigner d'elle d'abord doucement puis j'ai accéléré au tournant d'une couloir. Allant de plus en plus vite je me mis à courir à travers le dédale de couloirs du château. Je savais que cette école était énorme et qu'on pouvait se perdre rapidement... Attendez c'est quand même Poudlard, l'école où tout change de place, ou certains tableaux requièrent des mots de passe pour qu'on puisse entrer dans une nouvelle salle. Avec un air désespéré sur le visage, je stoppa ma course au milieu d'un long couloir et repris mon souffle.

« C'est pas vrai, je sais pas où je suis. Pourquoi les cartes n'existent pas ici ? C'est quand même MON rêve, alors je veux avoir une carte pour me guider dans cette immense école.»

Rien ne se passa, à croire que tout était contre moi aujourd'hui. D'abord je me noie presque dans le lac sans savoir comment j'ai fais pour y atterrir ensuite je rencontre Moïra qui est exactement comme je l'avais imaginé, c'est-à-dire comme moi ou pire, et pour finir je me perd dans un château... What else ? Fermant les yeux je leva un bras ouvrant et fermant ma main tout en respirant lentement.

« D'accord si c'est comme ça que tu fonctionne... Accio... Carte de Poudlard. »

J'ouvris un oeil et constata mon échec. Je devais me rendre à l'évidence, même dans mon imagination je n'étais pas une sorcière dotée de fabuleux pouvoirs. Soupirant d'exaspération, je frappa fort le sol avec mon pied et je croisa les bras.

« Hey regarde, une petite fille perdue qui s'énerve. »

« Toi crois vraiment que tu peux faire de la magie sans baguette gamine ? »

Je me tourna vers ces deux individus les fusillant du regard. Cette journée de faisait qu'empirer et empirer et empirer. Voyant le blason vert et argent de l'uniforme je souris comme pour dire : Génial on va s'amuser là. Levant les mains en l'air je fis un pas en avant secouant ma tête, mais en forte pression sur mon bras me fit reculer. Un des serpents m'avait agrippé avec vachement de force et moi je me demandais ce que je lui avais fait.

« Tu crois que tu vas où comme ça ? On t'as posé une question, nous voulons une réponse. »

« Non, j'ai pas vu vos cerveaux ! Mais si je les trouve croyez moi que je leur dirais que vous les cherchez. »

Dégageant mon bras brutalement je leur lança un autre regard noir pensant qu'ils avaient compris. Mais l'un d'eux prononça un sort et des cordes vinrent s'enrouler autour de moi tel un serpent s'enroulant autour de sa proie. Je tomba à terre pour la dix-millième fois de la journée. Essayant de m'asseoir je me débattais contre mes liens et je voyais les deux babouins arriver près de moi. L'un des deux, le moins stupide selon moi, me pointa avec sa baguette, un sourire de malade mental sur les lèvres.

« Alors tu fais moins la maligne maintenant hein... »

« Ha bon tu crois... C'est qu'un petit... Handicap vous verrez quand je m'en serais débarrassé je vous botterais les fesses ! »

« Rho toi, Silen... »

« IMMOBULUS. »

Il se figea, littéralement, la main en l'air la bouche entrouverte. Son compagnon se retourna lançant plusieurs sorts contre la personne qui m'avait aidé que je n'arrivais pas à voir. Donnant des coups au sorcier figé pour qu'il tombe je vis un éclaire rouge frapper le Serpentard qui perdit sa baguette. Elle vola à plusieurs mètres le laissant désarmé face à une sorcière passablement énervée.

« Petrificus Totalus. »

Il tomba à terre et j'ai crus pendant un instant qu'il allait se briser en un millier de petits morceaux. Moïra s'approcha de moi et me libéra de mes cordes avant de m'aider à me relever. Je passa une mains dans les plis de ma jupe et réajusta ma queue de cheval haute.

« Rien de grave ? »

Je lui souris pour lui dire que tout allait bien, qu'elle ne devait pas s'inquiéter. La Poufsouffle me rendit son sourire posant une main sur mon épaule d'un geste protecteur. Elle commença à me parler d'une voix douce, mais...

« Dis moi juste un truc... POURQUOI TU N'AS PAS TA BAGUETTE ? TU AURAIS PU ÊTRE GRAVEMENT BLESSEE, TU T'EN REND COMPTE ? C'est pas vrai! Et c'est moi qui me doit me charger de toi en plus. Bon aide moi à planquer les corps de ces deux là, nom d'un chien à trois tête, ou si on se fait prendre on sera mal. »

Je ne dis rien me dépêchant de prend les jambes du garçon à terre et de le traîner vers une porte à ma droite. Bon sang de bois elle est vachement violente quand elle le voulait. Encore un truc à modifier chez elle quand je me réveillerais. Je l'aida avec l'autre quand plusieurs voix nous firent sursauter. Un groupe de Vert et Argent s'approcha de nous l'air menaçant baguettes à la main.

« Tiens donc deux petites Poufsouffle qui ne sont pas en cours. Que vous arrive-t-il hein ? C'est pas bien de se promener dans les couloirs vous savez ? »

« Petite ton arrière grand mère visqueuse vipère ! »

Ils se lancèrent sur nous quand la cloche sonna laissant apparaître une tonne d'élèves sortant des cours. Moïra me prit par le bras et nous courûmes loin de nos chers ennemis. Zigzagant parmi les autres élèves nous pensions les avoir semé quand un éclair passa au dessus de ma tête figeant un garçon devant moi. Moïra se retourna et lança un sort au hasard qui ricocha contre une fenêtre qui explosa.

« Non mais t'es malade ? APPREND A VISER NOM DE BLEU ! »

« C'EST PAS MA FAUTE NOM D'UN CALAMAR GEANT ! »

« JE SAIS... C'est la mienne pour t'avoir faite ainsi. »

Dévalant des escaliers, tournant à plusieurs croisement, je n'arrivais presque plus à respirer et mes yeux m'envoyaient des images floues ainsi je me cogna pas mal de fois contre des murs ou des statuts postées un peu partout. Nous descendîmes un grand escaliers à découvert, Moïra se tournant à chaque instants pour essayer de viser un de nos poursuiveurs et moi trébuchant sans arrêt. Je me rendais compte que je n'étais pas d'une grande aide. Je vis une grande porte devant moi et sans réfléchir je me précipita vers elle... J'avais l'impression que toutes ces actions venaient de se passer au ralentit, comme dans les films.

« Ne la laissez pas... »

Je n'entendis jamais ce qu'il dit, mais je présume qu'il ne voulait pas que j'ouvre ces portes. Trop tard pour lui je les poussa et m'introduis dans la salle, toujours au ralentit je dois dire, essayant de reprendre mon équilibre tant bien que mal. Je regarda où j'étais tombé et là...

« Oh mamma. »





Dernière édition par Moïra B. O'Donnel le Dim 29 Jan - 14:45, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: "Concour New Years V1 : [Moïra B. O'Donnel]"   Sam 7 Jan - 1:27

Chapitre 4 : ... Cette Alice-là était une jeune moldue qui pour retourner chez elle devait faire un choix crucial. Se sauver elle même ou en sauver une autre, personne jamais ne sut jamais ce qu'elle choisit faire.

Prenant le temps de regarder au tour de moi, j'oubliais que j'avais des serpents au trousse qui voulaient me faire la peau. Plusieurs élèves présents dans la grande-salle tournèrent leur regard vers moi, me détaillant de haut en bas. J'ouvris ma bouche pour laisser échapper un petit juron quand Moïra vint me percuter avec une force herculéenne et nous tombâmes à terre.

« Non mais c'est pas vrai, fais attention toi ! »

Elle me fusilla du regard pendant que nous nous débattions pour nous relever. Rapidement elle me prit par le bras et m'emmena vers la table des Poufsouffle où nous nous cachâmes parmi les autres. Chacune à son tour nous jetions des coups d'oeils vers la porte pour vérifier que nos poursuiveurs avaient bien perdu notre trace. Voyant qu'ils se dirigeaient vers leur table, Moïra me sourit en me donnant une petite tape sur l'épaule.

« Hahaha... Ca faisait... Ca faisait longtemps que... Que je m'étais pas amuser comme ça. »

Je lui sourit à mon tour essayant de reprendre mon souffle. Je prit un verre et bus en gorger avant de lui dire :

« Toi... T'es totalement cinglée ma parole... T'es malade... J'adore la façon dont... Dont je t'ai créer... Et ce jus de citrouille est dégueulasse ! »

Elle éclata de rire sous les régards surpris des autres Poufsouffle et je la suivis. Je commençais à vraiment apprécier cette fille que j'avais créer, cette fille sortie tout droit de mon imagination.

« Je crois que toi et moi on fera de grandes choses. »

« Tu penses qu'on va y arriver en une seule journée ? »

« Pourquoi une seule ? On a encore toute l'année pour tout faire... Pourquoi, il y a un problème ? TU VAS MOURIR C'EST CA ? »

Sa dernière phrase me fit cracher tout le jus de citrouille que je venais d'avaler, elle était sérieuse ? J'allais mourir moi ? De son point de vue c'était peut-être que pour elle se sera le cas... Moi je vais juste me réveiller et c'est tout.

« Non, je ne vais pas mourir... C'est compliqué à expliquer... »

« Vas-y, je comprend assez vite... Je t'écoute. »

Je regarda mon verre comme si c'était la dernière chose qui me raccrochais à la vie, je pris une grande inspiration et commença mon récit.

« Et bien tout ça n'est qu'un rêve... Je ne viens pas de Beauxbâtons et je ne suis pas une sorcière. J'étais tranquille chez moi et j'ai juste fermé mes yeux une minutes et je me suis retrouvée ici... Tout ça n'est pas réel... Tu n'es pas réel Moïra, je t'ai créer... Tout est faux... »

Elle resta bouche bée, ses yeux bruns me fixèrent intensément et je ne pus soutenir son regard très longtemps. J'essayais de me mettre à sa place... Qui aimerait entendre qu'il n'est pas réel ? Cela doit être horrible.

« Tu es sûre que tu ne t'es pas cogné la tête ? Parce que... »

« NON, J'AI TOUTE MA TÊTE ! RIEN N'EST REEL ICI, RIEN... TU N'EXISTE PAS... COMMENT UNE FILLE COMME TOI POURRAIS EXISTEE ? »

« ...Très bien si c'est comme ça, bonne chance pour tout... Moi tu peux m'oublier... »

Elle se leva et partit en direction des portes en chaînes poussant tous ceux qui se trouvaient devant elle. Je pris une autre gorger de ce jus de citrouille immonde ne prêtant pas attention aux Poufsouffle me regardant surpris. Je me sentais mal de lui avoir parlé comme ça... J'avais ce poids dans la poitrine qui m'empêchait de respirer. Me levant pour lui courir après et m'excuser de mon comportement je vis les vipères qui nous avaient suivis prendre le même chemin que Moïra. Mon sang ne fit qu'un tour et je me mis à courir vers le parc aussi vite que mes jambes me le permettaient. J'empruntai le même chemin que ce matin et j'aperçus Moïra s'engueulant avec les verts et argents. Le ton monta rapidement de plus et les insultes commencèrent à fusées des deux camps. Je me demandais ce que je devais faire... L'aider ou partir ? Je préférais la deuxième solution.
M'apprêtant à faire demi-tour j'entendis une voix dans ma tête chanter une refrain me rappelant vaguement quelque chose... Et cette voix c'était la mienne qui chantait mon futur. Prenant mon courage à deux mains je fonça vers le groupe et me positionna à côté de Moïra regardant nos ennemis d'un oeil mauvais.

« Tu fais quoi là ? »

« Je prend le thé avec la reine... Ca se voit pas je viens t'aider. »

« Ha bon ? Et où est passé le : être avec une fille comme toi et insupportable, qui peut être ami avec toi ? »

« Oh écoutes je suis désolée pour ça, j'étais un peu énervée et je savais pas ce que je disais... T'es sympa comme fille, excuse moi. »

« Ouais, mais en même temps je crois que tu... BAISSE TOI ! »

Elle me jeta de côté et lança plusieurs sorts au hasard à nos quatre adversaires déchainés comme pas possible. Je ne sais pas comment elle l'a fait, mais deux tombèrent à terre sans bouger tandis que les deux autres s'acharnaient contre Moïra. Prenant une la baguette d'une des vipères j'essaya de lancer un sort sans grand résultats, alors je pris une de mes chaussures je réussis à en assommer un tandis que la Poufsouffle désarmait et envoyait l'autre valser dans les airs. Elle sauta en l'air poussant des petits cris de joie et je ne pus que sourire en la voyant se comporter ainsi. Je commençais à m'approcher d'elle quand un des verts et argents se saisit de sa baguette et la pointa droit sur Moïra. Ne réfléchissant pas à ce que j'allais faire je la poussa de côté et le sort m'atteint de plein fouet. Littéralement pétrifiée je tomba dans le lac avec pour dernière vision le visage horrifié de Moïra me regardant couler. M'enfonçant dans les "abysses" du lac je me disais que j'avais été bien stupide d'avoir voulu agir comme dans les films, quand le personnage vient en sauver un autre d'une mort certaine. Sentant le peu d'oxygène qui me restait s'échapper je ferma les yeux pensant que ma dernière heure avait sonnée. Aucun son n'allait sortir de ma bouche alors j'ai crié avec toutes les force que j'avais et la je me sentis retombée sur quelque chose de dur et familier.
J'ouvris mes yeux et constata que j'étais dans ma chambre dans la même position que j'avais avant de m'endormir. Je me redressa rapidement respirant comme pour la première fois. Mes cheveux étaient trempés ainsi que mes habits... Enfin les habits de cette élève de Poufsouffle et une baguette à la main... Comment ça ? Alors ce qui venait de se passer était bien réel ? Je souris et commença à sauter sur mon lit comme une enfant. J'étais allée à Poudlard pour de vrai et j'avais vraiment rencontré Moïra. Dis comme ça cela semblait dingue, mais les preuves étaient là. Je pris mon ordinateur et je cliqua sur sa fiche de liens et là je pu voir un nouveau qui était apparut. Un lien qui me décrivait, il décrivait ce que nous avions vécu. Toujours en sautant je sortie de ma chambre levant la baguette tel un trophée et laissant l'ordinateur allumée. Sans savoir pourquoi je me mis à fredonner la chanson que je m'étais entendu chanter à Poudlard en modifiant quand même un peu.

« La cinquième Alice était une fille très bizarre, s'attirant pleins d'ennuis elle arriva au Pays de la Magie. Elle qui pensait que tout cela n'était qu'un simple rêve, due se battre pour pouvoir sauver sa propre peau. Cette Alice-là était une jeune moldue qui pour retourner chez elle devait faire un choix crucial. Se sauver elle même ou en sauver une autre, se sacrifiant elle fut aurotisée à rentrer chez elle... »


Fin
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: "Concour New Years V1 : [Moïra B. O'Donnel]"   

Revenir en haut Aller en bas
 

"Concour New Years V1 : [Moïra B. O'Donnel]"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Priori Incantatem  :: 
« Hors-Jeu »
 :: « Plume à Papotte » :: ■ Vos Créations
-